SACD copie privées l'obs CASDEN FSJU RCJ audiens terriens toute la cultureradiuo campus

 

Le spectacle No women's land et Amnesty International

Le spectacle No womens' land, d'une grande qualité artistique, a retenu l'attention d'Amnesty International France dans la mesure où il expose une double discrimination, envers les réfugiés/migrants mais également à l'encontre des femmes. Le respect des droits et la dénonciation de leurs violations, tant pour les réfugiés que pour les femmes, renvoie ainsi directement à l'activité de promotion des droits humains d'Amnesty International.

 

Edito d'AMNESTY INTERNATIONAL

 

Pour que les civils soient protégés

… Syrie, Yémen, Myanmar, Irak… vulnérables, à la merci des combattants, pris au piège entre les différentes parties au conflit. Les civils dans les conflits payent chaque jour le prix fort des affrontements armés, des bombardements aveugles, des représailles.

Parce que le droit international humanitaire impose aux États de protéger les civils lors de conflits, Amnesty International enquête, dénonce et agit pour que ces règles élémentaires d’humanité soient respectées par tous, États ou groupes armés, et en toutes circonstances.

Il faut continuer de faire entendre la voix des victimes et des rescapés, cibler les responsables directs de ces violations et interpeller les membres de la communauté internationale pour qu’ils interviennent afin de garantir la protection des populations civiles.

 

Promouvoir la protection des réfugiés

Près de 25 millions de personnes sont jetées en dehors de leur pays, sur les routes de l’exil, par les conflits, la violence et la persécution. Réfugiés en quête de sécurité, les États ont l’obligation de les protéger, de les accueillir, de ne pas les refouler.

D’Australie au Mexique, en passant par l’Asie du Sud-Est, le Moyen-Orient et l’Europe, Amnesty International appelle les dirigeants des États à protéger les réfugiés avant de protéger leurs frontières. Pour éviter les trajets dangereux et souvent mortels, les trafics inhumains qui en résultent, les États doivent ouvrir des voies légales et sécurisées pour que les réfugiés puissent se mettre à l’abri sans avoir à risquer leur vie ou devoir la confier à des criminels. Amnesty International continue d’appeler les États à mettre en place ces solutions concrètes afin d‘apporter enfin une réponse efficace à la crise mondiale de l’accueil des réfugiés